Group Created with Sketch.

Respecter, protéger et assurer la santé et les droits en matière de sexualité

Un monde exempt de peur, d’ostracisme et de discrimination est un préalable à l’égalité entre les sexes, tout comme la capacité des filles et des femmes à faire respecter leurs droits en matière de santé et de sexualité.

La santé et les droits en matière de sexualité et de reproduction dépassent largement les questions anatomiques. Il s’agit d’un enjeu fondamental associé à l’identité, au plaisir, à l’intégrité du corps et à la capacité d’une personne de décider si elle souhaite ou non avoir des enfants, et le cas échéant, combien et à quel moment. Quand les filles et les femmes contrôlent leur corps, leur sexualité et leur fertilité, elles sont plus heureuses, plus en santé et plus épanouies, et les relations entre les sexes en sont transformées.

25 millions
Chaque année, 25 millions d’avortements non sécuritaires ont lieu à cause de l’ostracisme et de restrictions d’accès à des soins de santé de qualité.
72 pays
Dans le monde, 72 pays considèrent encore les activités sexuelles entre personnes de même sexe comme un crime.
67 millions
La mise en place de soins essentiels de santé sexuelle et génésique pour les filles et les femmes dans les pays en voie de développement pourrait éviter 67 millions de grossesses non planifiées.
6,9 milliards $
Les économies nettes tirées de l’intégration de services de contraception et de soins de santé maternelle et néo-natale dans les pays en voie de développement totalisent 6,9 milliards de dollars.

L’investissement au profit des filles et des femmes crée un effet domino produisant de multiples bienfaits, non seulement pour les femmes, mais aussi pour les familles, les collectivités et les pays tout entiers. Il est prouvé que la mise en œuvre de lois et de politiques protégeant la sexualité de toutes et de tous, jumelée à une éducation sexuelle suffisante et à des services de santé exempts d’ostracisme, améliore grandement la santé et le bien-être d’une population. Le fait d’intégrer les droits en matière de sexualité à la prestation de soins de santé a également un impact positif sur le nombre d’infections au VIH, la santé mentale et l’équité sociale.

Téléchargez le document infographique
Group 11 Created with Sketch.
Favoriser l’autonomisation économique des femmes
Group 11 Created with Sketch.
Favoriser l’autonomisation économique des femmes
L’autonomisation économique des femmes est un préalable à une croissance...
Find out more
Combined Shape Created with Sketch.
Renforcer la participation politique et le pouvoir décisionnel des femmes
Combined Shape Created with Sketch.
Renforcer la participation politique et le pouvoir décisionnel des femmes
Défendre les leaders féminins et leur paver la voie vers...
Find out more
Combined Shape Created with Sketch.
Garantir une éducation équitable et de qualité à tous les niveaux
Combined Shape Created with Sketch.
Garantir une éducation équitable et de qualité à tous les niveaux
Lorsque les filles et les femmes reçoivent une éducation de...
Find out more
  • Reconnaître — dans les politiques, les pratiques et le financement — la place centrale qu’occupent la santé et les droits en matière de sexualité dans l’équité en santé, les droits de la personne et le développement, tout en veillant à l’inclusion de ces droits dans l’ensemble des politiques nationales et régionales.
  • Instaurer un respect universel de la santé et des droits en matière de sexualité et de reproduction, y compris l’accès à des contraceptifs modernes et à l’avortement sécuritaire en toute légalité.
  • Mettre en place un programme d’éducation sexuelle complet dans les écoles, conformément aux principes directeurs internationaux de l’UNESCO, d’ONUSIDA, du FNUAP, d’UNICEF, d’ONU Femmes et de l’OMS dans ce domaine.
  • Mettre fin à l’utilisation du droit criminel pour contrôler la santé et les droits en matière de sexualité des populations et adopter des lois et des politiques pertinentes respectant, protégeant et assurant la santé et les droits en matière de sexualité de tout le monde, y compris des jeunes et des adolescents.
  • Veiller à la mise en place de systèmes juridiques adéquats pour l’application de politiques nationales sur la santé et les droits en matière de sexualité, et établir une instance gouvernementale de haut niveau responsable du suivi et de la reddition de comptes dans ce domaine.
  • Accorder du financement et du soutien à la société civile afin qu’elle éduque les filles, les femmes, les jeunes et les membres de groupes marginalisés au sujet de leurs droits en matière de sexualité et qu’elle les encourage à les faire respecter.
  • Veiller à l’intégration de cadres en matière de santé et de droits en matière de sexualité, dans tous les programmes, soulignant l’importance de l’accès à des services exempts d’ostracisme pour tout le monde, y compris pour les membres de groupes marginalisés, les personnes atteintes d’un handicap, les jeunes et les adolescents.
  • S'assurer que l’avortement est sécuritaire, légal, accessible et abordable, et que des soins post-avortement sont également offerts.
  • Veiller à ce que le Dispositif minimum d’urgence (DMU) soit connu et mis en place dès le début d’une crise humanitaire.
  • Inclure les garçons et les hommes aux initiatives de santé et de droits en matière de sexualité.
La réalisation de la SDSR est indispensable à  l’égalité de genre : Entretien avec Dr Natalia Kanem et Dr Alvaro Bermejo

La réalisation de la SDSR est indispensable à l’égalité de genre : Entretien avec Dr Natalia Kanem et Dr Alvaro Bermejo

La recherche indique que l’investissement en santé sexuelle et reproductive – incluant l’accès aux services de contraception moderne et d’avortement sans risque – est rentable et essentiel à la stimulation de la croissance économique et à la promotion de la santé, des droits et du bien-être des filles et des femmes, ainsi que de leur famille et de leur communauté.

Lire leur témoignage

Lire leur témoignage